09 84 07 99 54 contact@auronaetcie.com

© Getty Images

Selon une nouvelle enquête de l’Ifop, 59 % des Français sont gênés par les nuisances sonores sur leur lieu de travail. Une gêne qui a des conséquences concrètes sur la santé.

 

Votre lieu de travail est-il très (trop) bruyant ? La dernière enquête de l’Ifop – baptisée « Bruit, Santé Auditive et Qualité de Vie au Travail. Quelles réalités ? » – s’est justement intéressée à l’impact des nuisances sonores vécues au travail sur la santé des Français.

Première info : 59 % des actifs en activité professionnelle se disent « personnellement gênés » par le bruit et les nuisances sonores sur leur lieu de travail, dont 19 % « souvent ».

Cette gêne concerne surtout les 18-24 ans (ils sont 65 % à s’en plaindre), les ouvriers (69 %) qui ont des conditions de travail particulières, et les habitants de l’agglomération parisienne (68 %) qui souffrent en particulier de nuisances sonores liées au manque d’espace.

Forcément, les nuisances sonores ont d’abord un impact sur la qualité du travail fourni pour 72 % des sondés gênés par le bruit. Mais celles-ci ont aussi une influence négative sur la santé : 83 % des sondés gênés rapportent de la fatigue, de la nervosité, de l’agressivité et de la lassitude, tandis que 69 % rapportent de la somnolence, de l’anxiété et des maux de tête. Plus particulièrement, 56 % des 18 – 24 ans font état de répercussions sur leur quotidien en termes de fatigue, de lassitude et d’irritabilité.

Les nuisances sonores au travail , responsables de troubles de l’audition

Enfin, 57 % des sondés gênés par le bruit révèlent souffrir de troubles de l’audition – bourdonnements d’oreilles, hypersensibilité au bruit, surdité…

Les nuisances sonores semblent malheureusement subies, puisque 39 % seulement des actifs gênés par le bruit au travail ont déjà consulté un médecin (spécialiste ou du travail) pour réaliser un test de l’audition… Et si on agissait contre les nuisances sonores au bureau ?

Cette enquête a été menée en collaboration avec l’association JNA auprès de 1000 adultes français entre le 14 et le 19 septembre 2018.